| 29-11-2010

Un document d'information sur les risques naturels en Polynésie française

0 commentaire - Ajouter un commentaire
polynesie française risques naturels
© Kevin Forest-Thinkstock

Un document d'information sur les risques naturels en Polynésie française, conçu dans le cadre du programme ARAI mené par le BRGM entre 2002 et 2006, vient d'être publié par la Préfecture. En Polynésie française plus de la moitié de la population a déjà été confrontée à un phénomène naturel dangereux tels que les cyclones, les tsunamis, les glissements de terrain, la houle, etc. Ces phénomènes ont eu, et pourraient avoir, de lourdes conséquences sur les personnes et les biens. Ce livret a pour but de présenter chacun des cinq risques naturels présents en Polynésie. Le Fenua, 121 îles regroupées en cinq archipels : les Marquises, les Tuamotu, les Gambier, la Société et les Australes. La position de ces îles en zone inter-tropicale les expose au passage régulier des dépressions et des cyclones, provoquant vents violents, pluies diluviennes, crues torrentielles, inondations, mouvements de terrain, houles et marées de tempête. Les effets des houles saisonnières générées dans les mers du Sud sont souvent ressentis. Dans les îles hautes, les pluies tropicales abondantes, les reliefs escarpés, la géologie et la structure des terrains ainsi que l'altération très poussée des roches volcaniques en "mamu" favorisent l'apparition de mouvements de terrain (glissements, éboulements, coulées boueuses, arrachements et chutes de pierres). Enfin, il existe autour de l'Océan Pacifique, de grandes failles géologiques qui peuvent être à l'origine de forts séismes ; ces séismes sont à l'origine de grandes vagues appelées « tsunamis » qui peuvent traverser l'océan et toucher les côtes de Polynésie.

 

Sources : Mediaterre-CatNat.

 

> Le document est téléchargeable ici

logo catnat

> Retrouvez toute l'actualité des risques naturels sur le site de notre partenaire CatNat

 

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

> Ajouter un commentaire 0 commentaire
  • Soyez le premier à commenter cet article