| 02-09-2009

Les inondations : le premier risque naturel en France

0 commentaire - Ajouter un commentaire
Les inondations : le premier risque naturel en France

Le risque « inondation » estle premier risque naturel en France : dommages importants, 8 000 communes concernées, 20 000 km² de zones inondables et 4,5 millions de Français vivant dans ces zones. En outre, l’importance des dommages s’est considérablement accrue depuis 50 ans en raison de l’important développement urbain effectué dans les zones inondables. Si les dommages directement liés aux inondations se traduisent par des coûts considérables, les effets indirects, quant à eux, affectent durablement l’économie locale voire nationale pour les plus grands fleuves. Selon le ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer, une crue de la Seine comme celle de 1910 coûterait à la collectivité nationale environ 10 milliards d’euros.

 

Ce risque doit donc être pris en compte à une échelle nationale, d’autant plus que les systèmes de protection rapprochée ont démontré leurs limites. La restauration des champs d’expansion des crues, la prise en compte du risque dans l’urbanisme, la réduction de la vulnérabilité et le renforcement de la conscience du risque apparaissent ainsi désormais comme les actions de prévention des inondations les plus efficaces pour limiter durablement les dommages aux personnes et aux biens.

 

Pour permettre à tous les acteurs concernés de prendre conscience de ce risque et mettre en œuvre les stratégies les plus efficaces afin de s’en prémunir, le ministère met à disposition de tous divers outils :

 


 

> Vigicrues

 

Lancé en 2007 par Michèle Alliot-Marie dans le cadre du plan Vigilance « pluie-inondation », le site www.vigicrues.ecologie.gouv.fr présente une carte très régulièrement mise à jour, couplée à un bulletin de suivi, qui permet de savoir si dans les 24 heures un phénomène météorologique (pluie) ou hydrologique (inondation) dangereux touchera un département.

 


 

> 5 fiches entièrement dédiées à la «  vigilance pluie-inondation » consultables sur www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/5_fiches_vigicrue.pdf

 

A noter que, depuis 2002, une réforme de la politique de prévention a été engagée. Elle s’articule autour de la mise en place des Programmes d’Actions de Prévention des Inondations (PAPI) qui regroupent les propositions définies par les collectivités et les services de l’Etat. Forts de leur réussite, quinze nouveaux PAPI ont été lancés sur des bassins versants particulièrement sensibles, début 2007, s’ajoutant ainsi aux 42 PAPI retenus en 2003.
Par ailleurs, l’adoption de la directive européenne relative à l’évaluation et à la gestion des risques d’inondations, adoptée le 18 septembre dernier, implique l’ouverture de nouveaux chantiers : la transposition de la directive en droit français, l’actualisation de la cartographie des aléas et des enjeux et l’élaboration des plans de gestion des risques d’inondations à l’échelle d’unité hydrographique cohérente. « Les PAPI sont des instruments d’avenir, d’autant plus qu’ils constituent le modèle qu’il nous faudra mobiliser pour l’élaboration de ces plans d’actions » a conclu la Secrétaire d’Etat.

 


 

Source :ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer.

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

> Ajouter un commentaire 0 commentaire
  • Soyez le premier à commenter cet article