| 04-04-2011

« Le respect des règles Atex
nous permet de réduire
les risques d'accident en évitant
toute étincelle et tout point d'inflammation »

0 commentaire - Ajouter un commentaire
Interview de Mathilde Challut, responsable des relations extérieures des sites industriels de Primagaz, qui a investi 10 millions d'euros sur le site d'Imporgal situé à Brest (Finistère).
atex.gif
Mathilde Challut,
responsable des relations extérieures
des sites industriels de Primagaz.
© Primagaz

Info.expoprotection.com – Quelles mesures de sécurité avez-vous adoptées sur le site d'Imporgal, votre filiale brestoise inaugurée l'an dernier ?

Mathilde Challut – « A l'instar de tous nos autres sites GPL, tout le site est classé Atex, à l'exception des locaux administratifs et de l'entrée du site. Chacune des zones  de déchargement des camions et des wagons, le hall d'emplissage des bouteilles sont sous la surveillance d'un détecteur de gaz. Nous en avons installés 41 reliés par câble (le réseau électrique est d'ailleurs doublé) jusqu'à la centrale d'alarme. Il faut savoir que 2 % de gaz dans l'air suffit à déclencher une préalarme. Si l'alarme n'est pas interrompue, le site est automatiquement mis en sécurité : fermeture des vannes, des clapets aux postes de déchargement des camions ou des wagons et isolement des cuves de stockage. Lorsqu'une alarme se déclenche, nous savons identifier la position du détecteur déclencheur. Enfin, pour compléter ce dispositif, nous avons installé neuf détecteurs de flamme d'une portée de plusieurs dizaines de mètres. Par ailleurs, les équipements sur le site sont obligatoirement certifiés Atex qu'il s'agisse de lampe, téléphone, capteurs, etc. Ils sont contrôlés par un organisme de contrôle comme l'Ineris. »


Info.expoprotection.com – Quelles sont les principales conséquences de ce zonage Atex ?

Mathilde Challut« Toute personne appelée à venir travailler sur le site (nouveau collaborateur ou sous-traintant) est formée au risque Atex et leurs connaissances sont régulièrement contrôlées. La formation à la sécurité prend environ une heure et se termine par un questionnaire à choix multiples. Parmi les questions posées : où se situe le point de ralliement en cas d'alarme, comment respecte-t-on une zone Atex, quel équipement peut-on porter ? Pour éviter tout risque d'inflammation et d'étincelle, il est également interdit aux visiteurs de déambuler seul sur le site et d'emporter un téléphone portable ou tout autre équipement électronique qui ne soit pas estampillé Atex. Il peut y avoir des exceptions à cette règle si le visiteur muni d'un appareil photo est accompagné d'un de nos collaborateurs muni d'un explosimètre. »

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

> Ajouter un commentaire 0 commentaire
  • Soyez le premier à commenter cet article