Accueil > L'actu des risques professionnels, naturels & industriels > Le perchloroéthylène dans les pressings : une catastrophe sanitaire ?

Le perchloroéthylène dans les pressings : une catastrophe sanitaire ?

20-02-2012
Le perchloroéthylène est toxique pour les travailleurs des pressings, pour les riverains et pour la population en général.
pressings.gif
© Thinkstock
Le perchloroéthylène est toxique pour les travailleurs des pressings, pour les riverains et pour la population en général. Selon les ONG Réseau Environnement Santé (RES) et Générations futures , « ce n’est pas une extrapolation, ce sont des centaines d’études scientifiques accumulées depuis des décennies qui le disent ». En France, il n’est toujours pas interdit alors que c’est chose faite au Danemark et aux Etats-Unis (respectivement depuis 2003 et 2006).

Selon RES, « les preuves expérimentales existent en effet depuis des décennies. Dix études de cancérogénicité ont été menées chez le rongeur et ces dix études concluent à un effet cancérogène. Les études sont encore plus nombreuses, et tout aussi convergentes, pour les autres effets toxiques : sur le système nerveux, sur les reins et sur le foie. Les études épidémiologiques en milieu de travail retrouvent tous ces effets et même chez les riverains, pour lesquels il est difficile par principe de mener des études de ce type, des effets neurologiques ont été mis en évidence ».

L’Agence de protection de l’environnement des Etats-Unis a publié, le 10 février, une norme pour le perchloroéthylène : 40 μg/m3 pour les effets non cancérogènes et cancérogènes. Or les riverains sont en moyenne exposés à 2000 μg/m3, voire beaucoup plus dans certains cas.

En France, les autorités sanitaires préfèrent le principe d’un usage contrôlé du perchloroéthylène. Pourtant, les procédés de remplacement existent.

Ces deux ONG demandent donc l’interdiction complète du perchloroéthylène.
Le perchloroéthylène, qu’est-ce que c’est ?

Le perchloroéthylène ou tétrachloroéthylène est un composé chimique de formule Cl2C=CCl2. Ce solvant est un composé organique volatil, surtout utilisé pour le nettoyage à sec de tissus et pour dégraisser des métaux. Il figure sur la liste des cancérogènes du groupe 2A (agents probablement cancérogènes pour l’homme) du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) et peut causer des troubles neurologiques, rénaux et hépatiques. A température ambiante, c'est un liquide ininflammable et inexplosible. Il s'évapore facilement dans l'air et a une odeur âcre.

Dans l'Union européenne, le perchloroéthylène est classé comme « nuisible à la santé » et « dangereux pour l'environnement ». Il figure sur la liste des cancérogènes du groupe 2A du CIRC, qui inclut les produits probablement cancérigènes pour l'homme. Il est aussi inclus, en France, dans le tableau 12 RG des maladies professionnelles. Lors de l'ouverture du hublot d'une machine de nettoyage à sec, les vapeurs de perchloroéthylène s'échappent de la machine.

> La France compte environ 5000 pressings, 90 % d’entre eux utilisent du perchloroéthylène. Chaque année, 1 million de litres de perchloroéthylène soit environ 8 200 tonnes sont utilisés.

> Bilan de l’opération nationale de contrôle
des pressings menée par l'inspection
des installations classées


L’inspection des installations classées, en coopération avec l’inspection du travail, a mené une campagne de contrôles, par sondage des pressings au début du mois d’octobre 2008.

Après avoir été annoncée bien en amont à toute la profession, ce sont 275 pressings qui ont été contrôlés au cours de cette opération. Plus précisément, les inspecteurs ont vérifié la conformité des installations de nettoyage à sec à l’arrêté ministériel du 2 mai 2002 qui les encadre et plus particulièrement les principales prescriptions concernant les risques associés à l’utilisation du perchloréthylène. Ces prescriptions ont pour objectif de protéger les travailleurs, les riverains et l’environnement en maîtrisant les rejets associés.

- Les points suivants ont en particulier été examinés : présence et fonctionnement de la ventilation, surveillance de l’installation, contrôle de l’accès à l’atelier, gestion des solvants, entretien et maintenance des machines et consignes d’exploitation.

Au total, sur 275 installations contrôlées, 86 ne présentaient pas de non conformités significatives. Pour 189 installations, des arrêtés préfectoraux de mise en demeure ont été proposés aux préfets territorialement compétents. Parmi celles-ci, 80 installations se sont vues dresser des procès-verbaux (PV).

Le bilan a conduit le ministère du Développement durable et la profession à mettre en place un plan d’action. Il touchera les domaines suivants :
- les contrôles avec un suivi des installations en infraction et la mise en place d’un contrôle périodique obligatoire,
- un renforcement de la formation et de l’information des professionnels,
- l’évolution de la réglementation pour encadrer une diminution progressive des rejets et simplifier la réglementation sur certains points
- l’information et la communication
- la recherche-innovation avec le soutien du ministère pour la recherche d’un produit de substitution au perchloréthylène

Source : Réseau Environnement Santé.

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Réagir

Vos réactions (4)

  • pressing

    02.10.2012 | 08:02

    je veux bien croire que certain pressing ne respecte pas les normes mais dela a dire que nous allons tous avoir un cancer il y a des limites je suis dans le pressing depuis 40 ans mes analyses pour voirsi mon sang est contaminé depuis des annéés c est non ne pourriez pas vous interesser a d autre entreprises qui consomme beaucoup plus de perclo que nous dont ton parle jamais usine ford ect.....

  • liste exhaustive ?

    20.02.2012 | 11:11

    Apparemment, la longue liste des produits considérés comme cancérigène, ou avérés l'être, ne nuit pas à la logique concourrant à la poursuite de nos activités.
    Quand reconsidèrerons-nous nos positions au profit d'une attitude nettement plus naturaliste, c'est-à-dire moins vouée à l'utilisation de produits, industries et cætera, dont on sait ce qu'ils ont de néfastes non seulement pour nous, mais surtout pour l'environnement ?
    L'industrie est une résultante des ressources que nous avons su exploiter, mais dont il ne fait aucun doute qu'elles sont issues de ce que nous considérons comme notre habitat. Les utiliser au point d'empoisonner celui-ci n'est-il pas complètement paradoxal ?
    À combien en sommes-nous de matières manipulées conduisant à ces risques avérés, et combien de temps nous faudra-t-il pour revenir à une attitude plus mesurée vis-à-vis de notre croissance sur le dos de l'environnement ?
    J’émets un avis réservé quant à l’intégrité de ce dernier, et que nous « léguerons » à nos enfants et aux générations suivantes, si nous poursuivons aveuglément ce qui améliore peut-être nos quotidiens, mais ne change en aucun cas la marche de la planète, et à terme le fait que nous soyons soumis à la même mécanique terrestre quel que soit l’âge dans lequel nous nous trouvons : âge de pierre, du fer, de l’industrie ou que sais-je encore... et nous conduisant à la disparition de chaque individu, pendant que la civilisation nous survit et se transpose au fur et à mesure à la simple mécanique de la chaîne alimentaire.
    Après les scandales PIP, AZF, de Tchernobyl, ou toutes autres catastrophes dues à nos manquements, je ne trouve plus de raisons de qualifier notre civilisation d’intelligente quand dans le même temps nous élaborons les produits qui pervertiront (et le font déjà) l’environnement sur une grande échelle...
    Ces informations sont au final autant de symptômes du déséquilibre que nous instaurons par manque d’humilité autant que par un sentiment de supériorité inspiré par notre évolution cérébrale, elle-même résultante d’un processus, à sa base, naturel. Triste réalité en vérité !

  • probleme de chiffres

    20.02.2012 | 09:26

    1 millions de litre, soit 8200 tonnes, le perchloroethylene a une densité de 8,2 ?!

  • poison

    20.02.2012 | 03:59

    bonjour
    Il y a très longtemps que le nettoyage a sec est dangereux pour la santé.
    D'ailleurs il est conseillé d'aérer les vetements nettoyés a sec avant de les ranger ou de les utliser.
    Une enquete doit etre faite pour le personnel travaillant dan s les pressings.
    J'ai dans mes connaissances connu une dame qui est decédée d'un cancer, elle travaillait dans un pressing !
    Je pense que les pressings bios existent ?
    que fait-on, je suis navré !

Réagissez

Ce site modère les commentaires.
Votre commentaire sera visible uniquement
s'il est validé par la rédaction.




Votre adresse email ne sera pas publiée

Les fournisseurs du mois





Les fournisseurs du mois