| 12-08-2011

Le Grand Tunis, agglomération très exposée aux risques naturels

0 commentaire - Ajouter un commentaire
tunisie.gif
© Thinkstock
D'après le document réalisé par la Banque Mondiale et présenté au début de l'été au Centre de Marseille pour l'Intégration en Méditerranée (CMI), le grand Tunis serait sous la menace de “multiples risques naturels” et ces catastrophes pourraient coûter, sur la période 2010-2030, plus de 2,2 milliards de dollars à la capitale tunisienne. […]

Les fortes pluies restent l'ennemie numéro un de Tunis. […]

Autre risque : une partie de la ville est construite sur des sols instables. “Ils constituent un facteur aggravant du risque sismique, voire constituent eux-mêmes un risque naturel majeur au regard des fortes évolutions observées, jusqu’à 3 cm par an dans les secteurs les plus exposés”, estime l'étude. Or, les zones les plus sensibles, en périphérie du lac de Tunis et des sebkhas Ariana et Sejoumi, sont justement celles où se concentre l’essentiel de la croissance urbaine. En décembre 856, un tremblement de terre localisé dans la rade de Tunis aurait causé la mort de 45 000 personnes.

L'érosion côtière constituent également une source d'inquiétude. Les barrages créés en amont de la ville, la destruction de dunes à des fins immobilières, la modification des courants par les ouvrages portuaires empêchent les plages de se reconstituer après les tempêtes. Elles reculent d'un peu moins d'un mètre par an avec, par endroit, des pointes pouvant atteindre dix mètres, exposant les habitations du bord de mer à l’attaque des vagues. Par fortes tempêtes, en moyenne deux fois par siècle, la mer peut monter de plus d'un mètre. Une simulation réalisée dans le cadre de l'étude de la Banque Mondiale indique “qu’une telle surcote marine conduirait à la submersion d’une partie des zones urbanisées ou industrielles de la basse ville, de Radès, d’Ezzahra et d’Hammam Lif Ouest”.

[…]

L’urbanisation constitue un [autre] facteur aggravant, tout aussi important que le changement climatique. La ville va gagner 750 000 nouveaux habitants en vingt ans, pour arriver à une population d’environ 3 millions de résidants. Le taux d’imperméabilisation des sols passera ainsi de 31 % à 47 % d'ici 2030. Les nombreux travaux prévus par les autorités limiteront les dégâts par endroit mais resteront insuffisants face à l'ampleur du problème. Les situations modélisées en crue centennale pour l’horizon 2030 témoignent d’une aggravation des conditions d’inondation pour les bassins de Ariana-Soukra-Marsa, pour la basse ville, pour le bassin Bardo-Gueriana.

[…]

Pour lutter contre ces maux, les autorités tunisiennes n'ont pas fait évoluer depuis 1991 leur cadre réglementaire et organisationnel en matière de prévention et gestion des désastres naturels. Les rédacteurs de la Banque Mondiale estiment “qu'il présente aujourd'hui certaines failles mises en évidence lors des crues de 2003”. La prévention semble négligée au profit de la seule réponse aux situations d'urgence. L'étude pointe de nombreuses failles : manque d’informations cartographiques et de bases de données géographiques, absence de compétences locales dans le domaine de la gestion des risques naturels, carences réglementaires, recouvrements de compétences entre ministères et établissements publics à compétence technique sectorielle, organisation de la chaîne d’information.

Le rapport de la Banque Mondial ne fait pas qu'analyser la situation, il propose également un plan d'adaptation de Tunis au changement climatique et aux désastres naturels. Les actions jugées prioritaires concernent la réglementation et l'organisation des autorités (coordination institutionnelle, rationalisation des procédures de gestion des risques naturels, établissement d’un zonage sismique national et mise en place de la règlementation correspondante, modification du cadre législatif concernant le domaine public maritime, mise en place d'un système de surveillance et d’alerte aux inondations, mise en place d'une réglementation contraignante de type “plan de prévention des risques naturels”…). Elles présentent l'énorme avantage de mobiliser très peu de moyens financiers.

L'étude considère également comme prioritaires la protection de la basse ville de Tunis, la gestion hydraulique des zones urbanisées inondables, l'élévation du niveau des habitations autour de la Sebkha Sedjoumi, la gestion du ruissellement pour les nouveaux quartiers, le contrôle du mitage pavillonnaire afin de maîtriser le ruissellement.

Le budget global du plan d'adaptation est estimé à 347 millions de dollars. Il pourrait s'étaler sur une quinzaine d'années, mais la moitié de ce budget serait à investir dans les cinq ans, essentiellement dans la protection contre les inondations des secteurs de la basse ville et de Bardo-Gueriana. L'étude insiste sur le caractère “économiquement justifié” de ces dépenses, “les bénéfices attendus étant supérieurs ou égaux aux coûts estimés”. Le coût des catastrophes naturelles passerait en effet de 2,2 milliards de dollars à un peu plus de 2,04 milliards de dollars.

Source : Econostrum-CatNat
catnat.gif
> Retrouvez l'intégralité de cet article et l'actualité des risques naturels sur le site de notre partenaire CatNat.

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

> Ajouter un commentaire 0 commentaire
  • Soyez le premier à commenter cet article