| 14-01-2011

L'OCDE publie
ses recommandations pour
réduire et financer les risques
catastrophiques

0 commentaire - Ajouter un commentaire
catastrophes-naturelles.gif
© Stockbyte

Le  Conseil de l’OCDE a publié en décembre 2010 ses recommandations pour réduire et financer les risques catastrophiques dans un cadre d’action. Ce cadre permet une mise en cohérence de quatre domaines : l’identification des risques, la sensibilisation des  populations à l’égard des risques, l’amélioration des stratégies de prévention, ainsi que la limitation des pertes et le développement de mécanismes d’indemnisation. Sa mise en œuvre nécessite une action anticipatrice de la part des pouvoirs publics, en coopération directe et permanente avec le secteur privé.  

L’élaboration de ce projet de recommandations a débuté en 2009 avec la rédaction d’un premier document par les membres du Conseil consultatif à haut niveau pour la  gestion financière des catastrophes de grande ampleur. Les bonnes pratiques ont ensuite été revues, discutées et développées par le Comité des assurances et des pensions privées (CAPP) de l’OCDE […].

 

> Ces  bonnes  pratiques  s’articulent  autour  de  quatre  stratégies :

- L’évaluation du risque : l’OCDE recommande aux autorités gouvernementales de procéder à une évaluation publique quinquennale du risque de catastrophe et de la vulnérabilité face à ce risque, pour permettre de cartographier ces risques et d’accroître la communication vers le public […].

 

- La perception du risque : l’intégration des sciences comportementales et cognitives à  l’étude du risque devient prégnante […].

 

- La gestion du risque : l’ensemble des préconisations de prévention, d’adaptation  et  de réduction des risques doivent avoir pour corollaire de contribuer à une réduction des pertes, grâce à des avantages actualisés sur le long terme qui seront supérieurs aux coûts. L’élaboration de stratégies de réparation pourra par ailleurs permettre un retour à la normale accéléré et réduire également les coûts. Pour se faire, la définition d’une doctrine d’intervention post catastrophe devra être calquée en amont sur les mesures de prévention établies […].

 

- La réaction face aux catastrophes : le pré-positionnement des capacités et des responsabilités est indispensable pour assurer l’efficacité de la réaction lors de la survenance de l’évènement. Le niveau local a été identifié comme étant un échelon fondamental pour la promotion de l’adoption de mesures de protection appropriées. Les initiatives gouvernementales (secours public, aide financière…) constitue toutefois un obstacle. Elles devront être conçues de manière à éviter autant que faire se peut, l’éviction des initiatives individuelles et/ou l’aléa moral. L’assurance demeure ainsi la mesure maîtresse pour réduire les effets économiques négatifs des catastrophes. Des incitations économiques, voire une obligation légale, pourrait être envisagée pour la construction d’une capacité d’assurance à l’échelon national, voire au-delà. Pour être incitatif, l’absence totale d’indemnisation des entités non assurées pourrait à terme être appliquée […].

 

Source: Nacera Amraoui, INHESJ : Lettre d'information sur les risques et crises (Lirec), n° 20.

catastrophes-naturelles.gif
> Retrouvez l'intégralité de cet article et toute l'actualité des risques naturels sur le site de notre partenaire CatNat

Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

> Ajouter un commentaire 0 commentaire
  • Soyez le premier à commenter cet article