Accueil > L'actu des risques professionnels, naturels & industriels > Cepovett/Sperian Protection : « Une acquisition qui correspond à notre politique d’intégration de savoir-faire »

Cepovett/Sperian Protection : « Une acquisition qui correspond à notre politique d’intégration de savoir-faire »

11-12-2009
Sperian Protection, spécialiste des EPI, vient de céder ses activités de conception et de commercialisation de vêtements (institutionnels) professionnels et de prestige au groupe de textile français Cepovett. Nicolas Sandjian, directeur général de Cepovett, revient pour Info.expoprotection.com sur les raisons qui ont présidé à cette acquisition.

Info.expoprotection.com : Nicolas Sandjian, quelles sont les raisons stratégiques qui sont à l’origine de cette cession ?

Nicolas Sandjian Cepovett
Nicolas Sandjian : « Notre politique de croissance externe s’est toujours inscrite dans l’optique d’acquérir des savoir-faire clients et non dans celle d’accroître artificiellement notre chiffre d’affaires ».

Nicolas Sandjian : « Du côté de Sperian, la raison est assez simple : il s’agissait de se recentrer sur son activité, les équipements de protection individuelle. Pour Cepovett, cela correspond à notre volonté d’être capable de fournir à nos clients tous les vêtements correspondant à leurs métiers. Avec la marque Le Cèdre, par exemple, nous proposons toute une gamme de vêtements pour les artisans vendue via la distribution. Avec la marque Marsh, nous repondons aux produits techniques et EPI. De même, notre acquisition de la société Aimée Julien, en 2005, nous a permis d’augmenter la capacité créative de notre groupe en intégrant des designers spécialisés dans le vêtement Image. Cette intégration fut réussie puisqu’elle nous a permis d’acquérir des savoir-faire en termes de créativité. Nous attendions également de ce rapprochement un premier pas dans l’uniforme (Costumes, Tailleurs …). Même si le savoir faire existait chez Aimée Julien, la part de chiffre d’affaires réalisée dans ce domaine ne nous permettait pas d’être reconnu et crédible dans cette activité ».

Info.expoprotection.com : Qu’espérez-vous concrètement de cette acquisition ? En annonce-t-elle d’autres ?

Nicolas Sandjian : « Ce rachat nous permet de reprendre la marque Ox Bridge qui complète parfaitement le premier pas fait avec Aimée Julien : l’accès aux marchés des uniformes de prestiges pour des clients comme Air France ou la SNCF. En ce qui concerne l’éventualité d’autres acquisitions, nous avons constitué – grâce au rachat d’Ox Bridge – le portefeuille que nous souhaitions avoir. Notre politique de croissance externe s’est toujours inscrite dans l’optique d’acquérir des savoir-faire clients et non dans celle d’accroître artificiellement notre chiffre d’affaires. Alors certes, il reste quelques niches marché, caractérisées par des savoir-faire très pointus, qui pourraient nous intéresser. Mais d’autres achats ne sont pas à l’ordre du jour et seront plus affaire d’opportunisme ».

Info.expoprotection.com : Hormis l’acquisition de savoir-faire, ce rachat a sans doute d’autres avantages…

Nicolas Sandjian : « Il a évidemment des avantages pour les deux parties. Ox Bridge recherchait un partenaire métier – et pas seulement financier – capable de le faire profiter de certaines synergies groupe. C’est ce que lui apporte Cepovett. Cette société avait un besoin clairement exprimé d’une présence forte de sa maison-mère afin que cette dernière soit capable de la soutenir via ses autres filiales et lui ouvrir d’autres marchés. Ce qui n’a pas vraiment été mis en œuvre par le groupe Sperian. De notre côté, cette acquisition nous permet de nous recentrer en matière d’approvisionnement. Nous avons constaté que le « tout Asie » en la matière n’était pas viable. En effet, il est difficile sur le marché du vêtement d’image de marque de gérer, à de si longues distances, l’approvisionnement de nos clients. De même, le « tout Maghreb » n’est pas viable en termes de prix. Le rachat d’Ox Bridge nous permet de trouver une voie médiane entre ces deux modèles ». 

 

 

Les vêtements images de marque de Sperian

Cette activité recouvre la réalisation d'uniformes (ou de blouses de travail) pour des clients comme SNCF, Air France ou encore Schindler. Elle représenterait un chiffre d'affaires annuel de 18 millions d'euros, soit moins de 3 % des ventes globales du groupe.


Ce site modère les commentaires. Votre commentaire sera visible uniquement s'il est validé par la rédaction.

Réagir

Vos réactions (0)

Soyez le premier à réagir / Signaler un abus

Réagissez

Ce site modère les commentaires.
Votre commentaire sera visible uniquement
s'il est validé par la rédaction.




Votre adresse email ne sera pas publiée

Les fournisseurs du mois





Les fournisseurs du mois

  • Logo DESMAREZ

    Société familiale au service de l'homme depuis plus de 30 ans, nous sommes distributeur agréé Motorola dans le domaine de la radiocommunication...

  • Logo T2S

    Depuis 1975, T2S fabrique et commercialise des produits pour la sécurité et la signalisation routière.